Comment t'arracher à tes habitudes ?

Ce qui nous enferme, nous aliène, nous détourne de nous-mêmes et finalement nous tue, bien avant l'heure de notre mort officielle, c'est la routine, le train-train, l'habituel. Le vivant, à la base, c'est le nouveau !

Bien sûr, les vieux sages te diront qu'en fait, nous n'avons pas changé depuis l'avènement de nos ancêtres Cro-Magnon et qu'il est naïf de croire que les choses se soient renouvelées, sur l'essentiel, depuis l'aube des temps. Ils te diront aussi que c'est bien pratique, les habitudes ! - par exemple quand on est au volant de sa voiture et qu'on se met " en pilote automatique " pour penser à autre chose ou pour discuter avec ses passagers, pendant que la voiture roule, sûrement guidée par ton fantôme personnel.Mais ça, ce sont les habitudes que nous mettons à notre service.

L'ennui c'est que trop souvent, le processus s'inverse : c'est nous qui nous mettons au service de nos habitudes.
" Pourquoi faites-vous cela ? - Bof, j'ai l'habitude… "
Là encore, il serait possible de justifier la routine, en disant qu'elle nous met dans une sorte de cocon virtuel, qui nous sécurise…

À l'inverse, le nouveau c'est par définition l'inconnu. Si tu nourris le désir profond de mener à bien ta quête, celle-ci ne peut te mener que dans l'inconnu…
Il s'agit donc de savoir bien faire la part des choses, pour distinguer :
- Les habitudes qui jouent le rôle bien pratique de pilote automatique ;
- Les habitudes qui t'aident à régresser dans un cocon sécurisant dont tu as parfois besoin ;
- Les habitudes qui t'engluent dans les ornières du déjà vu, déjà entendu, déjà compris… dont il faudrait t'arracher au plus vite.

Comment ?
Zut, c'était la question de départ…

Un conseil ?
N'accepte pas de t'ennuyer. Ce serait un crime contre toi-même.